Archives de catégorie : nouvelles

Loin du Derbous, le confinement dans la grande ville…

Nul ne peut nier que la situation vécue en ce printemps 2020 a partout un caractère exceptionnel ! Pour les citadins confinés dans des appartements relativement exigus, loin de la verte nature, il peut y avoir un peu de regret de ne pas être confiné dans le cadre sublime de la Drôme provençale. Après tout, l’espace est un bien précieux et la montagne est si belle…

Ceci dit, inutile de fantasmer, le confinement s’impose à tous et toutes et le relâchement des règles de « distanciation sociale » promet de ne pas être immédiat. Et puis, en réfléchissant, les douceurs d’un printemps provençal ont aussi quelques contreparties moins agréables.

Sans vouloir établir de comparaison terme à terme, on va maintenant donner un témoignage sur une grande ville (un quartier de Paris intra-muros). 

Des choses ont clairement changé. D’abord, le tumulte quotidien s’est atténué et l’on peut entendre maintenant chanter quelques oiseaux, l’air est moins pollué que d’habitude. Quand on sort pour les courses ou pour l’indispensable oxygénation quotidienne des neurones, on risque beaucoup moins de se faire écraser… 

Chose non vue depuis longtemps, la nature s’affirme, comme le montre la photo ci-dessus d’un bord de trottoir.

Pour les courses, les magasins d’alimentation, supermarchés ou commerces de proximité se sont adaptés, mais les queues pour entrer sont plutôt dissuasives. Les clients attendent sagement afin de respecter les distances réglementaires. Il faut avoir des stratégies de choix de jours et d’heures selon les magasins. 

Tous les restaurants, ici comme ailleurs, sont fermés au public, mais un nombre non négligeable sert cependant maintenantà domicile. On note ainsi, ici et là des concentrations de jeunes coursiers à moto ou à vélo qui assurent des livraisons à domicile.

Les rues sont moins animées que d’habitude mais des autobus continuent à les sillonner ; quand ils passent, ils sont rarement pleins. De temps en temps, une ambulance ou une voiture de police passe. Il y a quelques contrôles par des escouades de policiers, dans les lieux fréquentés. 

Des piétons circulent aussi. Ils sont de plusieurs types. Certains, équipés de sacs ou de caddies, vont chercher ou ramènent chez eux les indispensables provisions. D’autres, en tenue de jogging, ont souvent le smartphone réglementaire au bras et s’oxygènent. Certains accompagnent de jeunes enfants en trottinette ou en petit vélo, ou alors promènent des chiens.

On se croise entre piétons assez facilement et, bel exemple de négociation implicite, quand deux personnes arrivent face à face sur le trottoir, l’une traverse, ou marche un moment sur la chaussée, il n’y a de toutes les manières pas grand risque à agir ainsi.

Enfin, on préférerait ne pas avoir besoin d’y aller, mais les hôpitaux sont proches, le SAMU peut vous y amener dans un temps raisonnable si le besoin se manifestait. 

En tout cas, à 20 heures, on entend dans les rues et les cours les applaudissements bien mérités adressés aux soignants ainsi que des concerts de klaxons. Les soignantes et soignants, en effet, sont désormais reconnus pour le rôle essentiel qui est le leur. la question cependant est de savoir quand les pouvoirs publics vont leur témoigner une reconnaissance qui ne soit pas principalement symbolique mais inscrite dans les émoluments et les conditions de travail.

En somme, aux temps étranges du confinement, la vie continue partout où elle peut. Elle est, pour tout le monde,simplement plus limitée dans les possibilités pratiques qu’elle offre et plus contraignante pour les individus qui se languissent désormais des réunions de famille ou d’amis, des apéros non virtuels et de la liberté de mouvement.

Il reste heureusement l’espoir ; comme disent les Grecs, c’est de toutes façons ce qui meurt en dernier. L’espoir en particulier que des leçons de solidarité soient tirées de cette funeste période.